Nouvelle vie, c’est parti !

home sweet home

C’est parti, c’est parti, c’est vite dit aussi.

Certes, les vacances c’est déjà demain. Mais je vous ai laissés sur un déménagement annoncé, et depuis… plus rien. Dites-le, je vous ai manqué.

 

Entre temps, pas mal d’action. Un déménagement donc, mais pas que. Du boulot, beaucoup, tant mieux j’adore ça. Mais avec des horaires pas forcément compatibles avec une vie de famille (alors de blogueuse, imaginez). Encore des médias pour la promotion du livre (quoi, vous avez raté ça? Courez voir Ne sifflez pas la fin!), notamment une super expérience chez « Hondelatte raconte » (la rediffusion de l’émission, c’est par ici).

Et au milieu de tout ça, une maison à vider (forcément un peu à l’arrache), une vie à abandonner, des au-revoir parfois larmoyants, d’autres pour lesquels il a manqué de temps, et après…

home sweet home

On ferme la porte à double tour, on rend les clés (après avoir briqué comme jamais du sol au plafond), et on part sans (presque) se retourner. La vie est devant maintenant, à plusieurs centaines de kilomètres, dans une maison jamais vue mais pleine de promesses. Celles de recommencer, encore, en prenant le temps de choisir l’essentiel. Dans les cartons à vider, mais également dans l’existence que l’on souhaite mener. Se retrouver tous les 5, entre quatre murs qui ne demandent qu’à être emplis d’amour et de joie…

Une nouvelle vie à déballer

En théorie. Car un emménagement, c’est surtout des cartons partout. Des meubles à monter, d’autres à caser, à déplacer, et re-bouger. Des objets et des vêtements à trier, jeter, donner ou ranger. Et tout cela est vecteur d’un stress à chaque fois oublié (comme les douleurs de l’accouchement). Je ne sais pas, en fait, si je ne déteste pas encore plus l’ouverture des cartons que leur fermeture… et même d’avantage que les trois jours pré-état des lieux.

salon cartons

Il y a de quoi perdre espoir quand même…

Alors je l’avoue, en voyant le peu d’entrain qu’ont mis mes garçons pour déballer leurs quintaux de jouets et les caser dans leur chambre désormais commune, j’ai un peu beaucoup crié. En culpabilisant, car eux aussi ont dû dire au-revoir à une partie de leur vie, proportionnellement beaucoup plus grande que la nôtre d’ailleurs. Mais j’ai râlé quand même. Ce qui, ajouté au fait de ne pas voir descendre le tas de boîtes pleines de… trucs, a vu mon moral cruellement baisser.

Maintenant, le salon n’est toujours pas vraiment Instagrammable, le garage est toujours plein de cartons, il reste encore pas mal de trajets à effectuer vers la déchetterie pour se débarrasser de l’inutile, mais visuellement ça va mieux. Et l’impression visuelle étant intimement liée à mon humeur (ce qui est un de mes nombreux paradoxes, ayant de cruelles difficultés à conserver un ordre satisfaisant…), je me sens intimement nettement mieux. Et avec moi, la famille entière qui a dû subir cet état passager (et je m’en excuse).

Une nouvelle vie qui nous ressemble enfin

décoration

Déménager c’est faire voyager ses souvenirs

Une maison, un foyer, c’est essentiel. Et reprendre en main son espace en permanence n’est vraiment pas simple. Celles et ceux qui ont l’habitude d’en changer ne devraient pas me contredire.

Aujourd’hui cet intérieur nous ressemble. Il nous plaît, à tous. Une déco à refaire, comme une vie à réinventer, tout en réutilisant les objets et souvenirs du passé. Ceux que l’on souhaite conserver en tout cas (et hop, on laisse la nappe de mamie au placard).

Il aura donc fallu près de deux mois pour qu’enfin on ait l’impression d’être chez nous. Et encore, l’installation a pris du retard car j’ai dû mettre en branle toute notre organisation familiale pour aller travailler du jour au lendemain (mais ça, c’est une autre  histoire).

Globalement, chacun a donc pris ses marques. Nouvelles écoles, nouveaux copains, nouvelles activités (même pour moi), nouveaux boulots, on n’est pas loin du pas mal du tout. Et le cadre est tellement agréable qu’on ne peut qu’être heureux.

Saône

Les bords de Saône… il y a pire quand même

Une nouvelle vie à 5… et plus

Vivement les vacances, pour qu’on prenne du temps pour chacun de nous… 6. Ah oui, je ne vous ai pas dit, on a un nouvel habitant à la maison… qui était peut-être là avant nous d’ailleurs.

Dès le lendemain de notre arrivée, après avoir passé la veille à lui concocter une chambre de princesse, j’ai regardé avec bonheur ma Micro de bientôt 4 ans s’approprier son espace, entrer dans des histoires et un imaginaire dont elle seule avait les clés. J’ai souri en la regardant, tête en bas, répéter sans cesse « coucou pitite souris! »… jusqu’à ce que l’objet de son imagination me passe sous les pieds.

Oui oui, une horrible adorable petite souris vit avec nous. Sympa, inoffensif… jusqu’à l’arrivée d’une boule de poils féline qui devrait nous rejoindre le mois prochain et qui, nous l’espérons fortement, mettra fin à la cohabitation. Qu’elle profite, la garce coquine (qui est venue nous narguer avant-hier jusque dans la chambre à coucher… berk). Et vive la campagne !

Bref, c’est parti pour notre nouvelle vie. Même s’il reste encore des détails à régler, même si nos amis nous manquent, même si la famille est trop loin, l’essentiel est sous nos yeux. Dans ceux de nos enfants, dans ceux de notre cher et tendre, dans ceux des proches que nous avons retrouvés avec bonheur. On le sait. Où que l’on aille, notre vie sera toujours celle que nous avons choisie. Car le vrai foyer est immatériel, il se déplace avec nous et il faut en prendre soin.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 comments

  1. Puce dit :

    Bienvenue dans notre belle région ! 🙂

  2. Picou dit :

    J’espère quand même que votre arrivée c’est faite assez en douceur, même si c’était sur les chapeaux de roue et avec une colocataire imprévue! Bienvenue en Rhône Alpes et fais moi signe si jamais tu passes à Lyon!

  3. Maaaais… vous n’aviez pas déménagé à Lyon il y a quelques mois à peine ? Ou alors c’était juste l’annonce ? Plein de bonnes choses en tout cas pour cette nouvelle vie, et bienvenue à la petite souris (c’est tellement mignon) (chez les autres :-P) Bon emménagement !!

    • Effectivement c’était « l’annonce » Mais un déménagement, on sait quand ça commence (quoique, ici les déménageurs nous ont annoncé une semaine avant qu’ils avançaient d’un jour ), on ne sait jamais quand ça finit…

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.