C’est parti pour la crèche !

IMG_6051[1]Enfin ! Après des mois d’attente, la voici enfin, la place en crèche tant attendue. Et maintenant ? Il faut y aller. Ce qui était espéré devient redouté. Il va falloir y passer, se séparer…

Première étape : la semaine d’adaptation. On démarre par signer une multitude de papiers, d’autorisations en tout genre et fournir un nombre incalculable de documents. Une découverte pour moi qui avais toujours eu affaire à des assistantes maternelles. Mon attestation préférée ? Le certificat « d’aptitude à la vie en collectivité » fourni par le médecin. Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer ce qu’il est censé chercher ? (j’avoue avoir du mal à prendre un rendez-vous juste pour ça alors j’attend une bonne occasion). Puis, après la visite, vient le moment de laisser Micro pour une grosse demi-heure
à des mains expertes. Ou plutôt des bras dans lesquels noyer son chagrin. Quelle maman abominable je fais, laisser sa fille au milieu d’autres minicrobes à qui piquer les tétines, de jouets à ne pas prêter et d’adultes prêtes à distribuer les câlins. Et le pire, c’est que je n’ai aucun scrupule ! Bien m’en a pris car à mon retour je trouve ma fille attablée comme une grande, à tenter de faire entrer un rond dans un trou carré. En revanche, sitôt son regard pointé sur moi, c’est la crise. Les larmes ne cesseront qu’une fois passé le seuil, mais raté pas de culpabilisation. Je ne suis pas dupe, cela s’est bien passé.

Le lendemain, premier test de repas. Connaissant ma Micro habituée à la grève de la faim en cas d’abandon, je me doutais que ce ne serait pas gagné d’avance. Et effectivement, mis à part un bout de pain et un yaourt joyeusement étalé sur son gilet, peu de nourriture avait franchi la bouche. Note pour plus tard, ne pas l’habiller avec des habits qui craignent.
Enfin, dernier test avant de se lancer dans le grand bain, la sieste. A la crèche, chaque enfant a son lit, toujours au même endroit. Et au-dessus du lit, une photo d’un doudou qui fait son plus beau sourire. Tout semble réuni pour que les microbes se sentent au mieux. Et malgré son inexpérience dans le dodo collectif, aucun traumatisme pour Micro qui gratifiera son entourage d’une sieste d’une heure sans pleurs.

Une médaille d’adaptation

Près d’un mois plus tard, c’est en courant que Micromoy part à la crèche. Il faut dire que tout est bienveillance et douceur. Même les termes utilisés par les « professionnelles » semblent sortis du monde des Bisounours. Des bras toujours prêts, le double de doudou toujours à disposition à son arrivée, rien ne manque. Moi qui avais peur de sa réaction, je suis agréablement surprise par ce « modèle d’adaptation ». Les larmes conventionnelles de la séparation et des retrouvailles « qui font beaucoup d’émotion » ont fini par sécher de jour en jour, ce serait même moi qui pleurerait de voir ma fille partir sans se retourner.
En revanche, les assiettes sont toujours aussi difficiles à finir. Mademoiselle daigne faire honneur au goûter, mais continue à bouder le déjeuner. « Elle va finir par s’y faire »… mouais…
Question comportement, ma petite sauvage change de jour en jour. Avenante et souriante aux inconnus, elle en deviendrait presque trop sociable en échange d’un bon public. Vis-à-vis de ses congénères, elle passerait même pour une petite fille agréable, « pleine de ressources ». Les vols de tétines à l’arraché se sont changés en distributions de sucettes et doudous perdus, mais également de câlins et de réconfort pour ceux qui osent encore avoir du chagrin… Le plus beau c’est que je continue à être relancée pour l’attestation de vie en collectivité. A priori ça a pourtant l’air concluant, vive l’administratif !

Et moi pendant ce temps-là ? J’en profite pour aller chez le coiffeur, l’esthéticienne, faire les boutiques, m’occuper de moi quoi ! Non bien sûr !… Je m’occupe ce que je ne peux faire en sa présence. Grand ménage, tri dans les placards, préparation des anniversaires des grands (et notamment les pâtisseries) et des réunions familiales, bref le grand bonheur deux jours par semaine 😉

PS: Si votre minicrobe s’apprête à faire son entrée à la crèche, n’oubliez pas de marquer ses vêtements, surtout ceux auxquels vous tenez particulièrement. Je vous conseille la marque Ludilabel. Vous trouverez un large choix de motifs et couleurs en étiquettes thermo ou autocollantes. Cliquez ici pour obtenir 10 % sur votre commande !

2 comments

  1. happynewmom dit :

    ça fait plaisirs de les voir partir en courant vers leurs lieux de garde ! la mienne va chez la nounou, et elle y vas de bon coeur 🙂

Laisser un commentaire