L’apprentissage de la propreté : pour ou contre ?

bébé pot

L’apprentissage de la propreté, on va tous y passer, avant de devenir trop vieux pour s’en soucier (sauf si vous avez bien bossé sur votre périnée). Entre 2 et 3 ans, c’est la course. Vite, il faut que bébé soit propre avant d’entrer à l’école. Oui mais on s’y met quand ? Et si avant, on pesait le pour et le contre ?

Pour

  • Déjà , c’est la classe ! Ouais ma fille est propre ouais ! Oui je sais elle a 13 mois, elle est très précoce ! Je suis crédible c’est bon ?
  • Quelle économie ! A raison de 19 centimes la couche (en promo), à 3 voire 4 couches par jour, on est à 76 centimes au quotidien, soit 277,4€ par an, c’est énorme !!
  • C’est écolo. Pour les mêmes raisons que précédemment, à moins d’avoir opté pour des couches lavables, ça fait un paquet de déchets. Déchets qu’il faut aller mettre à la poubelle, après avoir stagné au pied de la table à langer ou sur le rebord de la fenêtre. Du coup, voire dessous…
  • C’est olfactivement plus que bénéfique pour la maison ! Finies les heures passées à chercher la couche oubliée quelque part et qui pourrit le feng-shui.
  • Du coup, pour l’école : un poids en moins, ça c’est fait on pourra être débarrassés il pourra y aller !
  • Terminées les heures à pointer derrière l’unique nursery de la station-service, avec son matelas à langer sans protection et la poubelle qui déborde.

Contre

  • couchesOn passe notre temps à lui courir après pour obtenir un mini pipi au pot. C’est vrai qu’on a que ça à faire !
  • Au moins avec les couches, on gère beaucoup mieux la gastro (enfin un côté sur deux quoi, c’est toujours ça de gagné)
  • On a l’impression de vivre avec une serpillère greffée à la main. Ras le bol de passer la journée à nettoyer !
  • Ne parlons pas des centaines de machines de petites culottes et autres collants trempés…
  • Et quand ça ne se nettoie pas (genre un coussin ou un siège auto), on a quand même envie de hurler.
  • Toute sortie est une aventure. Dans un enfant presque propre, il y a «presque». Mais il faut bien y passer, et en attendant la fuite peut arriver à tout moment !
  • Franchement, qui a réellement envie de sauter de joie et d’applaudir à tout rompre pour un petit pipi ?
  • On ne va pas se mentir, le pot dans le salon c’est pas la meilleure déco.
  • Propreté nocturne = Finies les grasses matinées (pour les heureux parents qui avaient cette chance). Et le réveil du dimanche matin par un « Maman j’ai fini ! », c’est pas super super fun.
  • Et les pipis au lit, on en parle des pipis au lit ? Changer les draps à 2h du matin, fouiller la commode à la recherche d’une nouvelle alèse, lancer une machine (ou oublier de le faire et s’en vouloir le lendemain en marchant sur la couette mouillée), c’est le bonheur non ?
  • Avant on pouvait rouler pendant des heures sans s’arrêter à chaque aire d’autoroute, voire sur la bande d’arrêt d’urgence parce que loulou « a très très envie et ne peut plus se retenir », qu’on vient juste de passer la bretelle, et que la prochaine station est à 20km !

 

On ne va pas se mentir, la liste des contres est beaucoup plus longue… et comme tous les parents on est masos (déjà on a fait des enfants) alors on s’est lancés dans l’aventure des culottes Minnie ! La suite au prochaine épisode !

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 comments

  1. Maman BCBG dit :

    Aahahaha malgré les contre j’aimerai bien que mon fils se décide enfin à être propre la nuit… -_- la journée ça va, plus d’accidents, sauf si la sieste est trop longue mais la nuit impossible de se passer des couches 🙁

    Ta fille a été propre à 13 mois????!!!!! C’est possible ça ?? (maman naïve dont le fils de 3 ans et demis n’est toujours pas propre rappelons le 😉 )

  2. Mon fils pour la propreté je suis carrément tomber en panne de couches lol du coup pas le choix… Mais ça l’a fait très vite en une semaine, jour et nuit hop à 2 ans et demi quand même.

Laisser un commentaire