Pour ou contre « le petit dernier » ?

calin maternité

lecture enfants

Que mes proches se rassurent (ou pas d’ailleurs), Mégamoy et moi n’avons nullement l’intention de remettre le couvert pour un « petit dernier ». Un troisième ça suffisait. Trois microbes, c’est le chiffre parfait. Pour nous ! Parce que la vision idéale de la famille appartient à chaque couple, cela fait partie des détails les plus intimes de leur existence à deux. Si personnellement je ne conçois pas que l’on ne puisse avoir qu’un enfant unique, ou que l’on puisse monter une équipe de handball en famille, ce n’est que mon point de vue. Et jamais je ne permettrais de l’opposer à une future maman venue m’annoncer par exemple l’arrivée de « numéro 6 ». Si elle est heureuse ainsi, que tous les membres de la fratrie sont épanouis, où est le problème ?

Il y a trois ans, nous officialisions l’arrivée de notre Micromoy. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que notre bonheur se confrontait le plus souvent à de l’incompréhension. « Pourquoi donc un troisième ? » « Mais vous êtes fous ! » Bon, heureusement certaines réactions reflétaient l’immense joie que nous éprouvions (et l’avenir nous donnerait raison). Pourtant, trois enfants, ce n’est quand même pas énorme, c’était presque un minimum syndical il y a encore peu.

Alors pourquoi un petit dernier ? Pourquoi se lancer dans l’aventure du troisième ?

A vrai dire, il est tout de même difficile de répondre à cette question. Mais à mon sens le simple fait de se la poser donne un bout de réponse. Personnellement, je n’envisageais pas ma famille autrement. Lorsque je regardais grandir mon Minimoy, je savais qu’il ne serait pas le dernier. Je profitais de lui au maximum, sachant qu’un jour ou l’autre je devrais reporter une partie de mon attention. Par ailleurs je savais que mon corps était prêt à une nouvelle grossesse. Il me le réclamait presque je sentais comme un vide, une pièce de puzzle manquante.
En revanche, en attendant Micro, j’étais totalement épanouie, certaine que j’accomplissais la dernière étape vers mon idéal. Et autant j’aurais pu remettre ça sitôt les deux premiers sortis, autant là je savais que c’était fini, sans le moindre regret. Et même, lui donner la dernière tétée, la voir faire ses premiers pas, grandir, ne m’a absolument pas rendue nostalgique. Nostalgique de tous ces moments qui concernent mes enfants, oui. Mais pas de la vie avec un bébé en général.

premier Noël famille

Pourquoi ne pas s’arrêter à deux ?

Maximoy et Mini grandissant, nous aurions pu être tentés de refermer les vannes et profiter d’une « liberté » croissante. Mais nous on est des fous. On aime se compliquer la vie, galérer à faire garder tout le monde quand on veut sortir ou partir en vacances, courir partout et même sprinter après le temps au moment du coucher…. Ou pas en fait ! Et si trois enfants c’était presque pareil que deux ?

Parce que quand le « petit dernier » prend doucement sa place dans l’esprit des parents puis dans le ventre de Maman, les plus grands, eux, grandissent. Et s’autonomisent. Saviez-vous qu’à 6 ans on pouvait prendre sa douche, s’habiller et même se laver les dents tout seul, dingue non ? Et bien à 3 ans c’est (presque) pareil, avec quelques aménagements préalables bien entendu: température bloquée, vêtements faciles à enfiler… Les enfants adorent jouer aux grands, ils sont toujours ravis d’obtenir un peu plus d’autonomie. Même mettre la table ou aller chercher de l’eau devient une bagarre fête, alors pourquoi s’en priver ?

Un troisième copain

Une fratrie élargie, c’est plus de comparses pour jouer. Il me suffit de regarder mes grands investir la chambre de leur sœur pour en être convaincue. Même si elle ne sait pas lancer une toupie ou perturbe parfois des parties de Lego avec ses petits doigts qui traînent, ils ne sont jamais contre un cache-cache, un loto ou même une dînette géante. Un plus petit, c’est un prétexte rêvé pour ressortir les Duplo et tout autre jouet régressif ou au plaisir inavouable 😉

fratrie heureuse

Responsabiliser les aînés

Un petit dernier, c’est aussi un moyen de donner des responsabilités aux plus grands, tout en leur laissant leur place d’enfant bien entendu. Il n’est pas question de leur demander de lancer une machine (quoique on finit par y venir) ou d’aller gérer le « Maman, j’ai fini!! », mais depuis la naissance de leur sœur, mes garçons se battraient presque pour s’occuper d’elle. A commencer par les biberons, puis en grandissant les histoires, l’enfilage de pyjama ou le lavage de dents.

Depuis la naissance de Micromoy, mon Maxi (avec ses 7 ans d’écart) a beaucoup observé, appris et expérimenté, et ce toujours à sa demande. Il sait désormais préparer (et doser) un biberon, donner une douche ou changer une couche. Toutes ces petites choses qui feront certainement de lui un futur père attentionné et participatif.

Il ne faut pas croire pour autant que l’on fait des enfants pour se servir des autres, ou pour leur inculquer quoi que ce soit. Mais on ne va pas se priver de leur donner de bonnes clés pour leur avenir parental (ou baby-sittal).

biberon mini et micro

Deux ou trois ça change quoi ?

Quand vous passez de un à deux, le tsunami est juste pire que ce que vous auriez pu imaginer. Rappelez-vous :
🙄 Vous n’avez plus le temps pour rien, parce quand l’un est couché l’autre se relève (ça marche aussi avec les cauchemars).
🙄 Il y en a toujours un de malade l’hiver, parce que la gastro passe de l’un à l’autre (ça marche aussi avec les poux).
🙄 Le calme du foyer est devenu tempête depuis qu’ils se disputent pour savoir qui aura le dernier Smarties bleu (alors qu’il y en a plein d’autres bien évidemment, ça marche aussi avec les verres Ikea).
🙄 Il est beaucoup plus compliqué de caser deux microbes chez une copine (ça marche aussi avec les chiens et les plantes c’est pour ça qu’on n’en a pas).
🙄 Le coffre est devenu impossible à fermer quand on part en vacances (ça marche aussi avec les chiens c’est pour ça qu’on n’en a pas)

Et bien dites-vous, qu’avec trois enfants, les problèmes sont juste exactement les mêmes, vous êtes rodés.

La seule chose qui va changer, c’est que tout ira plus vite. Les apprentissages, l’autonomie, les écrans… et surtout les bêtises. Parce qu’à moins d’avoir des aînés sages comme des images (surtout ne dites rien je vous déteste déjà), le « petit dernier » n’aura qu’à se baisser pour ramasser la tonne de mauvais exemples qui se présenteront devant leurs yeux (ça marche aussi pour les gros mots…). Alors imaginez quand le modèle est un pré-ado de 10 ans en pleine poussée hormonale… (ne me plaignez pas, achevez-moi)

calin canape

Du bonheur X3

Très sincèrement, si effectivement (il faut être honnête) un troisième enfant c’est quand même plus de travail, c’est surtout beaucoup plus d’amour. De l’amour parents/enfants, mais également de l’amour fraternel. Quel bonheur de voir l’admiration de ma Micro lorsqu’elle regarde ses frères, ou inversement les étoiles dans les yeux de mes grands en observant les progrès ou les péripéties de leur « cadeau ».

L’arrivée de la « petite dernière » fut une explosion de joie et de bonheur, une merveille pour toute la famille (et cela n’a absolument aucun lien avec le fait que le dernier soit une dernière, j’en suis persuadée, voir Quel choix du roi?). Alors si quelqu’un devait me demander mon avis, je répondrais 1000 fois « fonce, un troisième ce n’est (presque) que du bonheur ».

 


Pinterest petit dernier

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 comments

  1. Super article! Je me reconnais dans ce que tu dis. « Il n’est pas question de leur demander de lancer une machine (quoique on finit par y venir) »… j’ai bien ris! 😉

  2. Boots And Pepper dit :

    Très joli article, plein de douceur et notes d’humour qui m’ont bien parlé ! 😉
    Pour ma part, j’ai vécu la grossesse de la 2ème comme la dernière, et 2 ans après sa naissance je suis toujours autant persuadée qu’elle restera à tout jamais mon dernier bébé… Bises à toi et tes 3 loulous, et une belle soirée 🙂 (et elle en est ou cette future robe de mariée ?)

    • Merci ! Oui je pense qu’on sait vite si le chiffre est idéal ou non dans notre esprit.
      Ah ah mystère, la robe de mariée en est aux retouches, et j’en suis toujours aussi fan. Plus que quelques semaines à tenir pour toi (et à speeder pour moi je ne suis pas vraiment OMG)

  3. MamanDe4 dit :

    Super article qui reflète totalement mon état d’esprit !
    Je pourrais même remplacer le n°3 par le n°4, car finalement on a craqué car on sentait cette fameuse pièce manquante ! maintenant qu’elle est là, on est au complet 🙂

  4. paparatatam dit :

    Coucou,
    Très bel article. Nous avons deux enfants actuellement mais nous savions (et espérons) qu’il y aura le 3ème aussi. Au plaisir de te lire.

  5. Maman BCBG dit :

    Tellement bien écrit et drôle… !! (et les deux photos avec tes 3 enfants collés les uns aux autres… ils sont si beaux !!)

  6. Tu vas me donner envie de faire le troisième toi … qui n’est à priori pas prévu mais je dois avouer que j’y pense quand même assez souvent. Il va falloir que l’on se décide vite en tout cas ^^

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.