A vos soldes, prêt, partez !

IMG_1768Ah le début d’année, période bénie des soldes !
L’avantage lorsque l’on est en congé maternité, c’est que l’on peut avoir les magasins pour soi toute seule. L’inconvénient, c’est que par définition on est en congé maternité. Donc, soit on a un ventre énorme pour encore peu de temps, et donc une envie d’investir dans des parachutes/vêtements de grossesse proche de zéro (ou une difficulté bien compréhensible à miser sur la taille que nous aurons récupérée après l’accouchement), soit on est affublée d’une excroissance de 4-5 kilos qu’il va bien falloir trimballer dans les pérégrinations inter-rayons.

A cœur vaillant rien d’impossible, après près d’un an de frustration, il est indispensable d’aller se faire plaisir. Les cadeaux de naissance et la récupération se chargent d’habiller Micromoy, cette fois-ci il n’est question que de moi. De toute façon, je flotte dans les pantalons de grossesse, et je ferme difficilement les anciens jeans… Il est donc absolument vital de sortir la carte bleue pour traverser au mieux l’épreuve des derniers kilos, avant de ressortir le carton des vêtements pré-baleine.

Premier accroc à cette grande aventure, il tombe des cordes! N’ayant pas accouché d’un bébé waterproof, et n’étant pas équipée anti-pluie pour le cosy, mon écharpe devient ma meilleure alliée. Seule obligation pour les essayages, viser une cabine plutôt destinée aux personnes handicapées. Avec un microbe en mode kangourou, il est nettement plus aisé d’enfiler un pantalon assise plutôt qu’à cloche-pied. Et grand avantage de l’écharpe, avoir les mains libres pour mieux les remplir est réellement plus pratique. Sans parler de la dextérité dont on peut profiter entre les rayons. Pas de problème d’étroitesse d’une allée, ou de roue qui se prend lamentablement dans un portant, causant la chute d’une dizaine de petits hauts que l’on ne peut même pas mettre…

Car oui, autant l’écharpe peut vite devenir la meilleure amie de la jeune mère modeuse, celle-ci doit également compter sur son pire ennemi en cette période rêvée pour le shopping : l’allaitement ! Ce moment merveilleux, véritable bulle d’amour entre Maman et bébé. Oui, ce moment que nous n’échangerions pour rien au monde, et bien là on lui dirait bien ses quatre vérités…
Oubliée cette petite robe trapèze, ce top à strass, ou ce t-shirt fantaisie (ça tombe bien, de toute façon on ne peut même pas les essayer). Oui, oubliées toutes ces marques de féminité si elles ne disposent pas de boutons sur le devant ou d’un large décolleté. Et l’hiver aidant, place aux gros pulls et aux gilets. Pour le côté glamour, on repassera…
Et je ne parle pas des vêtements spécifiques pour l’allaitement, soit totalement inexistants dans les gammes maternité, soit absolument dénigrés. Difficile de trouver un petit haut à manches longues (vive l’hiver) qui ne soit pas informe (vive le partage avec les gros bidons) ou juste moche, si possible en soldes (j’en demande trop?). Seule chaîne que j’ai pu trouver à proposer des tenues à peu près portables en extérieur, la Halle rattrape un peu les autres. Exit les Kiabi et autres Gémo, les femmes allaitantes ne semblent pas pour eux être une niche, et restent condamnées à tirer un trait sur leur féminité en attendant le sevrage (et les prochaines soldes)…

Bon, bilan de l’opération somme toute assez positif, je rentre dans des vêtements une taille au-dessus de celle que j’arborais il y a tout juste un an. Le chemin est encore un peu loin, mais on se réjouit de petites victoires (un bouton fermé, un slim enfilé, il en faut souvent peu).

Laisser un commentaire