Une maman, un papa, mais seulement deux bras…

icone-homme-femme-2Mégamoy de nouveau en vadrouille pour de nouvelles aventures ovales, me voici de nouveau à devoir jouer au papa et à la maman, mais toute seule. Et ce n’est pas vraiment un jeu en fait…
Et dans ces moments-là, je pense à toutes ces mères qui doivent gérer le foyer à la seule force de leurs deux bras. Séparation, déplacement, quelle qu’en soit la raison gérer le quotidien en mode célibataire (réel ou non) tient souvent de la véritable prouesse. Petite revue d’effectif des moments de vie que l’on se retrouve seule à devoir gérer…

Faire les trajets.

L’école, la nounou, le judo, la danse, les anniversaires des copains et toutes les autres activités diverses, la voiture familiale se transforme très vite en taxi.

Avoir le contrôle de la télécommande.

Oui bah là c’est quand même un avantage plus que certain. Mais regarder un film ou une émission à la con toute seule, c’est quand même moins sympa…

Répondre aux questions gênantes.

« Maman pourquoi c’est tout dur? » « Comment on fait les bébés? » « J’étais où avant d’arriver dans ton ventre? » Là, impossible de botter en touche et renvoyer la balle vers Papa, il va falloir se lancer…

Vider le lave-vaisselle.

Et le remplir, et le re-vider, et le re-remplir… Et la cuisine, et le ménage, et les courses, et les bains, et le linge…

Vivre les premières fois.

Le premier sourire, la première dent, le premier anniversaire, les premiers pas, puis le premier jour d’école, la première médaille, le premier spectacle, et parfois même le premier jour de vie, tous ces événements qu’on aimerait tant partager autrement qu’à travers des photos ou un écran…

Se lever la nuit.

Bon, ça, pas trop de changement… 😉

Changer les couches.

Plus possible de se répartir un caca sur deux…

Surveiller les devoirs.

Faire réciter un poème de Maurice Carême tout en vérifiant le déchiffrage syllabique du son -n-, le tout en gardant un œil sur un minicrobe en manque d’attention, relève du véritable exploit. Et impossible de se cacher derrière monsieur quand il s’agit de faire répéter les tables de multiplication. Heureusement que, personnellement, le niveau de primaire est encore à ma portée…

Panser les bobos.

Et veiller le malade, faire le pied de grue aux urgences, nettoyer le vomi, surveiller la fièvre, tout en évitant d’attraper les virus soi-même si possible…

Chauffer le lit.

Contre qui va t’on bien pouvoir coller nos pieds glacés ?

Gérer les problèmes techniques.

Et oui, certaines choses ne peuvent pas attendre. A moins d’aimer vivre dans le noir, il va bien falloir se débrouiller et changer cette satanée ampoule. Mais également emmener la voiture chez le garagiste, sortir la poubelle, regonfler les pneus du vélo, tondre la pelouse…

Avoir tous les câlins.

Bon là franchement, quelle maman s’en plaindrait ? (sauf quand il s’agit de contenter une miss pot de colle, tout en remuant l’omelette qui menace de s’accrocher définitivement à cette satanée poêle)

Boire un petit coup.

Et en prendre un aussi 😉 Bah oui on reste avant tout une femme.

Gérer l’autorité.

Une main de fer dans un gant de velours. Etre la gentille et la méchante. Consoler tout en étant ferme. Consoler et réprimander. Parfois on s’y perdrait…  Tous les psys de la terre pourront nous montrer du doigt s’ils le veulent, c’est quand même bien difficile de maintenir bienveillance et parentalité positive quand on manque de soupape.

Signer le carnet de correspondance.

Et assumer seule face à la maîtresse les bêtises d’un microbe qui, bizarrement, a tendance à être légèrement plus difficile en cas d’absence prolongée…

 

Rien qu’à relire cette liste non exhaustive, j’ai juste envie de dire oufff. Et un grand bravo à toutes ces mamans solos, à plus ou moins long terme (et les papas aussi mais avouons qu’ils sont tout de même beaucoup moins nombreux).

Et si vous vous reconnaissez, mais que vous ne vous retrouvez jamais seule dans le lit conjugal, c’est qu’il va sérieusement falloir revoir le partage des tâches…

3 comments

  1. Au top votre article, merci bien !

  2. Maman BCBG dit :

    J’adore! et c’est vrai que je me demande parfois comment tous ces papas et maman solos y arrivent… C’est déjà pas facile tout le temps à deux, mais quand on est seuls avec les enfants sur une longue période, on se rends compte à quel point on peut vite se sentir acculé, à être le seul adulte sollicitable…!

Laisser un commentaire