Maman mais pas que

bodypainting

@lesnuancesephemeresdaudrey

Aujourd’hui je voudrais vous parler de la personne trop souvent dénigrée par une maman. Une personne qui aurait pourtant tellement besoin d’être cajolée, réconfortée, cocoonée, écoutée… Une personne à qui on interdit parfois de penser, parfois de parler, souvent d’exister. Une personne qui a juste besoin d’être un peu elle-même, de temps en temps. Mais rien que ça, on lui refuse. Oui, c’est injuste, oui cette personne est malheureuse, et parfois elle ne le sait même pas. Mais quand elle s’en rend compte, c’est parfois trop tard. Cette personne, la maman, la dénigre, l’oublie, la cache. Qui donc ? Elle-même ! La femme, pas la mère, ni l’épouse. Juste la femme une femme qui fait ce qu’elle a envie, une femme qui se sent belle, une femme qui se sent unique.

Grâce à l’insistance et l’aide de Mégamoy, cette femme je l’ai rencontrée. Pour une fois, mes besoins et mes envies ont compté dans l’emploi du temps familial. Pour une fois je me suis sentie moi, et moi seule, à travers deux projets de dingue…

godspellPremier projet de l’année, une comédie musicale.
Oui oui, avec du chant, de la danse, du théâtre, tout ça tout ça. Un spectacle unique, première sur les planches pour ma part, et le sentiment d’appartenir à un groupe pour ce que je suis et non ce que l’on attend de moi. Un travail de longue haleine, des répétitions tout au long de l’année, des courbatures et beaucoup de stress, mais au final une fierté immense. Une fierté de pouvoir montrer cette facette de moi à ma famille, mais également aux centaines d’inconnus qui me découvraient comme une artiste, pas comme la mère d’un microbe, la femme ou la fille d’un autre. Un membre à part entière d’une troupe aussi éclectique qu’unie, au sein de laquelle j’étais moi, pas plus ni moins importante qu’une autre.

Sage comme une image

Le deuxième projet, encore plus dingue sur le papier, j’en reviens à l’instant. Pour le coup, plus besoin de ma voix ou de ma présence sur scène, mais juste de mon corps. Oui, vous avez bien lu, le week-end dernier je me suis servie de mon corps, et uniquement. Quoi de mieux pour une jeune mère que de se réapproprier ses traits, ses courbes, ses défauts, sa silhouette forcément modifiée par la ou les grossesses ? Personnellement, même si j’ai perdu du poids après chaque microbe, je ne suis pas sans complexe (petit message à l’encontre de personnes tentées par du minceur-bashing, merci de passer votre chemin…).

bodypainting

@lesnuancesephemeresdaudrey

Alors le temps d’un week-end, j’ai joué au mannequin, ou plutôt au tableau humain sous les pinceaux de la talentueuse Audrey (les Nuances Ephémères d’Audrey dont je vous avais déjà parlé pour ses peintures féériques sur les gros bidons, voir J’ai testé pour vous le belly painting). Le temps d’un week-end je lui ai confié ma peau pour qu’elle l’habille de 1000 couleurs (ou juste de noir et blanc). Je suis devenue sensuelle avec un bustier sexy, puis nymphéale tout droit sortie d’un cirque réunionnais. Le temps d’un week-end j’étais donc modèle pour la rencontre de bodypainting d’Epinal.

J’ai eu froid, très froid même, mais l’ambiance était tellement chaleureuse et unique qu’on en aurait presque oublié la chair de poule… Encore une fois, le temps d’un week-end je n’étais ni mère ni épouse, mais j’étais moi. J’étais une modèle parmi les modèles, habitués ou non aux flashs, taille mannequin ou non. Une participante parmi les autres, professionnels ou non.
Ce n’était certes pas facile de rester debout, immobile pendant toutes ces heures. C’était encore moins facile de poser devant un objectif lorsque l’on est novice et que l’on apprivoise à peine son image. Quant à défiler devant un parterre d’inconnus simplement vêtue de peintures, on touche à la difficulté suprême. Mais au final, quelle belle expérience pour mieux appréhender ces nouvelles formes (ou plutôt leur absence), quelle belle façon de s’assumer pleinement (et de toute façon, ce n’était pas moi que l’on regardait, mais le travail de l’artiste).

Bon, je vous rassure je ne dis pas non plus que je n’ai pas pensé à ma famille pendant ce week-end. Je suis restée mère, mais de loin, notamment quand je déambulais toute peinturlurée parmi les allées des Imaginales d’Epinal, un festival que je vous recommande absolument si vous aimez les déguisements, le fantastique, le médiéval, le cosplay, les reconstitutions de batailles ou encore le Quidditch… Bref si vous aimez voyager dans vos esprits ou voir des étoiles dans les yeux de vos enfants, courez-y !

Je vous rassure aussi, il m’est forcément arrivé une tuile sinon ce n’est pas drôle, ce n’est pas moi… Imaginez quatre femmes pleines de bagages, de fatigue et de bonne humeur, « en panne à Toul » à 21h sur l’aire d’autoroute. Imaginez le dépanneur moustachu et plein d’allusions lorsqu’il les transporte en pleine forêt, imaginez le chauffeur de taxi qui parcourt les trois heures restantes en pleine nuit et qui se fait flasher, vous obtiendrez le scénario d’un bon road trip digne des meilleures comédies américano-vosgiennes…

Bref, que ce soit pour l’un ou l’autre des projets, pour une fois, c’était moi l’actrice, c’était moi que l’on regardait. Et de temps en temps, cela fait tellement de bien ! Chaque femme n’a bien entendu pas besoin de se retrouver sous les projecteurs pour se sentir exister. Mais chaque mère a besoin d’écouter ses envies, ses besoins.

Cela peut être un sport, un loisir, juste un moment de détente dans un spa ou une sortie entre copines. Si vous avez la chance d’exercer un métier-passion, peut-être que ce besoin passera par la vie professionnelle. Mais cette opportunité est tellement rare qu’il est indispensable de se ménager du temps en dehors de la maison et du travail. Passer du temps pour soi, sans ses enfants, sans conjoint, ne veut pas dire que vous les aimez moins. Au contraire, vous serez surprises de voir à quel point ils seront fiers de vous et admiratifs de ce que vous pouvez accomplir.

Mamans, écoutez-vous, vivez !

2 comments

  1. Maman BCBG dit :

    Waou bravo !!!!! Cela a du tellement te faire du bien « d’exister » loin de la sphère familiale 😀 Du coup… tu retentera l’expérience ???

Laisser un commentaire