Vous prendrez bien une petite coupe ?

like a virginL’information n’aura échappé à personne : de récentes études ont démontré que nous utilisons à notre insu quantité de pesticides et autres produits chimiques insoupçonnés, et ce dans notre plus intime intimité, à nous les femmes… A quoi cela servirait-il donc de supprimer toutes lingettes, détergents et autres éléments nocifs pour la planète, si nous ne nous préoccupons pas en priorité de notre propre bien-être?
J’ai peut-être trouvé LA solution : la coupe menstruelle. Sous ce nom un peu barbare se cache un petit pot en silicone, destiné à remplacer définitivement toutes vos protections périodiques. Oui, car en plus d’être écologique, physiologique, hypoallergénique et plein d’autres mots en -ique que l’on voit dans les pubs, il est également (autre mot en -ique), économique. Et vous allez voir, au bout de quelques utilisations il est même pratique ! J’ai donc testé pour vous la cup de la marque Lunéale (de fabrication 100% française !)

A mes chers (même si peu nombreux) lecteurs masculins, et notamment Mégamoy, les lignes qui vont suivre ont peu de chance de vous intéresser. Elles pourraient même un peu vous rebuter. Mais comme dirait Mufasa, c’est le cycle de la vie. Et je vous rassure, je reste malgré tout pudique (et grand public). Je vous vois tout de même pousser un ouf de soulagement, il ne s’agit pas d’un tuto vidéo, mais bien d’un blog écrit… Je suis soulagée moi-même, ma dignité reste (j’espère) préservée.

Bon, maintenant il s’agit d’attendre le moment du grand test. 6 mois après l’arrivée de Micromoy, le retour de couches arrive enfin (enfin, enfin, c’est tout même vite dit). Forcément, en pleins préparatifs du baptême. Dans deux jours, la maison sera pleine d’invités, bizarrement je ne sens pas trop l’aventure sur le coup.
Ne voulant pas passer ma journée festive à vérifier sans arrêt ma jolie robe corail (ma mère ne m’ayant pas dotée de vision périphérique), préférant la coupe de champagne à la cup, je préfère de loin reporter l’essai au cycle suivant, prenant le risque de le regretter si cela s’avérait aussi révolutionnaire qu’on le dit.

cup lunealeNous voici un mois plus tard. Sur la notice il est conseillé aux novices de privilégier la fin de cycle pour tester l’objet. Ma curiosité étant plus forte que tout, hors de question d’attendre plus longtemps. Dès les premiers prémices du débarquement, j’attrape la boîte, et c’est parti ! Bon, pas folle la guêpe, je ne me lance pas non plus avec ma plus belle lingerie. Je suis certes douée mais jamais à l’abri d’un échec, d’autant qu’il est bien indiqué qu’il faut plusieurs cycles pour une parfaite prise en main.
Déjà, il faut arriver à la plier correctement. Trois choix sur la notice. Ok, mais je suis censée savoir ce que je préfère ? Bon, je teste le premier et… échec. La cup s’ouvre pile à l’entrée. J’imagine que ça doit être hermétiquement efficace, mais je ne me vois pas marcher en cowboy pendant 5 jours avec un machin en plastique qui dépasse.
Deuxième tentative. Insertion, ok. Ouverture, ok. Mais comment savoir si c’est bien installé? Allez on farfouille, petit tour du propriétaire. Légère rotation, la ventouse prend son ampleur, à priori on est pas mal.

Normalement, on n’est pas censée sentir quoi que ce soit. Ne comptez donc pas sur la cup pour votre rééducation périnéale ou quelque coquinerie dont vous auriez le secret. Bon, j’ai bien dit censé… Pour le moment j’ai plutôt l’impression d’avoir enfilé mon premier tampon, mais je pense que c’est un peu psychologique. On verra ce soir si l’efficacité est réelle…
Au bout de quelques heures, je ne sens plus rien. Etat des lieux : pas de fuite, première victoire. Il s’agit maintenant de récupérer l’objet. Si certaines cups sont dotées d’une excroissance permettant le retrait, pour des raisons de confort celle-ci est conçue à fond plat, permettant de la pincer et ainsi déclencher un appel d’air et stopper l’effet ventouse. Étape qui ne semble pas évidente, mais que je passe avec brio et un léger « swoutch » peu sexy (je vous déconseille de toute façon d’effectuer cette opération en présence de votre cher et tendre, ce pour conserver quelque peu de sex-appeal. Trop d’intimité tue l’intimité).
Super ça a marché, je me retrouve avec l’objet entre les mains. Avouons-le, la vision de la collecte est un peu rebutante, mais c’est naturel après tout… Il s’agit maintenant d’aller discrètement vider la coupe (celles qui ont un lavabo dans les toilettes ne connaissent pas leur chance), la rincer, et recommencer. A raison d’un change toutes les 12 heures, l’opération est tout de même bien pratique (je vous l’avais dit). On s’en occupe le matin, on essaye de ne pas oublier le soir, et entre temps on n’y pense pas. Tout est possible sans contrainte : sortie en boîte, plage, piscine, sport (mais pas en chambre attention tout de même à ne pas trop se laisser aller).

Au bout de quelques jours, l’utilisation devient vraiment fluide (façon de parler). Certes, parfois la belle se fait un peu la malle (surtout quand on se rend compte au bout de 24h qu’on l’a oubliée) et remonte un peu trop le cours du temps… Bon, la première fois, on panique un peu, et on s’imagine aux urgences gynéco pour aller rechercher la fuyarde. Mais en une petite poussée le tour est joué (merci les séances de rééducation du périnée).

Bilan de l’expérience : finies les protections chimico-périodiques pour moi. Merci pour la planète, et merci pour les économies (la durée de vie d’une cup est de 5 ans). En totale confiance, j’ai même pris le risque de ressortir ma jolie lingerie. Finies les culottes de grand-mère, bonjour la dentelle menstruelle !
Pour celles qui ne seraient toujours pas convaincues, et surtout pour celles qui voudraient se lancer, je vous invite à visiter le site ou leur page Facebook. Et n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences en commentaire !

PS : Merci à la méga talentueuse Anne pour sa super illustration.

2 comments

  1. Geniet dit :

    J’ai beaucoup apprécié ton article. Nous partons en tour du monde en septembre et je pense acheter une coupe menstruelle. En aurais tu une à me conseiller ??
    J’ai moi aussi un blog, pour le voyage, je suis en train de terminer les premiers articles. Si tu veux y jeter un œil, voici le lien : http://humansabroad.com

    Isabelle

    • super administratrice dit :

      Je n’ai testé que celle-là, mais elle me semble tout à fait adaptée et pratique pour les voyages. Elle se range dans une pochette, et rien ne dépasse lorsque l’on la porte.
      Quant à l’entretien, un petit bain dans l’eau bouillante suffit (ou dans un petit pot d’eau au micro-ondes).
      Bon voyage!

Laisser un commentaire