Sevrage et diversification : la révolution

biberon toute seuleQuand bébé grandit, quand Maman fatigue, quand il y en a marre des gros pulls et des t-shirts larges, quand l’allaitement devient plus une contrainte qu’un plaisir, il est l’heure d’entamer une étape cruciale de la relation : le sevrage. Aucune pression sur le timing, la reprise n’est pas pour tout de suite, alors on prend son temps. Retour sur quelques mois essentiels dans la vie de Micromoy et dans celle de Maman. Certains diront que c’est un moyen de couper le cordon, moi je préfère parler de logique évolution…

J0: Bon, c’est pour aujourd’hui. La tétée de 10h30 commence sérieusement à peser au quotidien car, allaitement mixte oblige (voir l’allaitement, parcours du combattant), Micromoy a besoin d’une heure pour être repue. Et bizarrement, ça me plombe la matinée. Allez ! Ce matin c’est décidé, je me lance, c’est biberon seul… sauf que n’ai pas de contenant assez grand. Faux départ. Sauf qu’il est 11h, qu’on part dans 20mn pour l’école, et que du coup je l’ai laissée dormir… Raté.

J1: Matériel ok, c’est parti pour de bon pour le bonheur de Micromoy qui engloutit ses 150ml avec délectation. Forcément, c’est plus simple lorsque bébé est déjà habitué au goût du lait artificiel, ainsi qu’à la mécanique du biberon. Une formalité.

J6: A la base j’avais prévu une transition en douceur, mais finalement on prend goût à la liberté… Allez hop, on vire également la tétée de midi.

J8: Oups… La suppression se passe à merveille, mais j’ai juste oublié un détail : les indispensables coussinets. Résultat, une jolie montée de lait sur le top que j’étais si ravie d’avoir enfin pu remettre…

J15: Feu vert de la pédiatre, c’est parti pour la diversification. Facile, c’est le troisième microbe… sauf qu’en 8 ans tout a changé. On est passé de « on donne un peu à chaque fois, surtout pas trop vite », à « la meilleure fenêtre anti-allergies c’est entre 4 et 6 mois, alors on fonce et on introduit tout, même le gluten! » Il y a tout de même de quoi perdre la boussole… Verdict dans une quinzaine d’années pour voir quelle méthode était la moins allergène.

IMG_2256J16: Bon, la carotte normalement c’est ce que préfèrent les bébés… Bah ici, après les sourires de la nouveauté, à part colorer les joues, s’entraîner aux prrrt et pourrir le bavoir blanc, cela ne semble pas servir à grand chose. D’ailleurs, pourquoi s’entêter à produire des bavoirs blancs?

J20: Définitivement, Micromoy préfère les légumes favoris de Maman, à savoir les courgettes et le potiron. A votre avis, sur une échelle de 1 à 10, où se situe mon affection pour les carottes cuites?
Bon courage aux parents végéta-riens (certaines de mes lectrices préférées se reconnaîtront)…

J25: Effet immédiat et très apprécié de la nourriture solide, Micromoy limite les fausses routes et tousse beaucoup moins. La raison ? La purée qui plombe l’estomac. En revanche, lorsque reflux il y a, merci à Génie…

J30: Allez, on fait d’une pierre deux coups : on profite de l’introduction des fruits pour également supprimer la tétée-thé, qui restait une petite parenthèse de douceur après le retour de l’école, et avant la course du soir. Mais avouons que quand on a commencé à se détacher et à envisager une (relative) autonomie entre mère et fille, on est au degré zéro de la culpabilisation.

J40: Une Maman (presque) parfaite comme dans les livres, ça fait ses petits plats toute seule ! Et franchement, c’est hyper facile avec un bon robot. Ici, après deux aînés au Baby Cook, après m’être brûlée trop souvent à coup de vapeur de courgettes pour finir avec un microbe hostile au fait-maison, j’avais renoncé. Mais supertata et son Nutribaby (gratuitmiam les myrtilles) m’ont convertie. Et là miracle, la bouche s’ouvre toute seule.
Mais quand on ne sait pas encore trop se servir de l’engin, on n’est pas à l’abri de petits désagréments… La petite ouverture sur le dessus du bol, c’est traître. Si la mixture est trop liquide, ça sort par en haut. Mais si on tente de la boucher, ça sort par les côtés. Bon bah la myrtille ça ne fait pas qu’un caca tout bleu, ça colore bien les murs aussi…

J60: Deux mois après le début du sevrage, le temps de la dernière tétée arrive. Celle du matin, celle du câlin, la plus difficile à supprimer. Mais un long week-end en amoureux se profile, et Micromoy n’est pas vraiment prévue au programme. Alors on prend son temps pour ce dernier moment, on grave ces images dans sa mémoire, et c’est fini. Et finalement, grâce à cette transition tout en douceur, choisie et non subie, ce n’est pas si difficile que cela.

J67: Une semaine après la dernière tétée, le jour des 7 mois de Micromoy, voici que se pointe la petite dent qui aurait de toute façon précipité la fin… je suis peut-être une super Maman, mais pas une « mordue » du maternage à outrance. Pas de regrets.

boire a la pailleJ90: Certains verront un bénéfice de l’allaitement long et de ses multitudes de goûts, d’autres diront qu’on a juste de la chance. En tout cas, la diversification s’avère encore plus facile qu’espéré. Micromoy mange de tout, ne rechigne pas avec les morceaux, boit même à la paille. Un vrai régal ! On peut même se permettre de ne pas prendre de pot au restau, mademoiselle finit les assiettes. Le rêve !

Laisser un commentaire