Londres entre copines : option découverte et shopping

Londres vue london eye underground
Londres vue london eye underground

Même gris c’est beau !

Vous le savez, je le répète souvent, je ne suis pas qu’une maman. Mais il faut avouer que les instants de pause ne sont pas légion, et bizarrement je ne suis pas la seule. Alors depuis 3 ans c’est le rituel copines, une virée soldes à l’étranger (au moins impossible d’être dérangées) ! Après Barcelone et Milan, le week-end dernier c’était Londres qui nous ouvrait les bras, et qui chargeait les nôtres. Ça vous dit d’embarquer avec nous ?

Avant de partir, on remplit la valise avec l’essentiel : un adaptateur pour prises (que j’ai bêtement gentiment laissé branché à l’hôtel), un sac vide prêt à ramener les trésors british (mon must, le sac « popples » Newfeel de Décathlon qui passe d’une petite boule à un bagage cabine en 2 secondes), et la monnaie ramenée de mon dernier voyage Outre-Manche en 2012 (oui pour les Jeux Olympiques, pas taper). Bon bah j’ai pu m’asseoir sur 14 livres (ça fait une belle bibliothèque), car plutôt que d’intégrer l’Euro, sa Majesté a récemment décidé de changer de monnaie. Exit les pièces de 1 Pound ainsi que les anciens billets de 5 livres (le reste devrait prochainement suivre le même chemin)… Plus de 15€ à mettre à la poubelle, ça grève un peu le budget shopping mais bon tant pis, trop tard c’est trop tard…

Le voyage commence par un baptême d’Eurostar. Première « surprise » (que j’aurais pu deviner si j’avais un peu réfléchi géopolitique) : prendre le train ne dispense pas des formalités de douane et de sécurité. Mieux vaut prendre ses dispositions, l’embarquement se termine 30 minutes avant le départ. Comme à Disney, il existe cependant un petit moyen pour éviter la file interminable : le fastpass du voyageur, c’est le passeport biométrique européen. Un petit coup d’oeil, et les portes s’ouvrent comme par magie, sous les regards jaloux de ceux qui n’ont qu’une pauvre carte d’identité ou un vieux passeport marron (comme Bibi).

Une fois dans le train, tout est fait pour que les 3h de rail passent à vitesse folle : prise électrique (la base, mais attention dans les rames plus anciennes il n’y en a qu’une pour deux), wifi presque sans interruption (même sous la Manche), et même une application avec contenus à visionner si vraiment vous vous ennuyez (ou si par hasard vous auriez besoin d’occuper des microbes). En revanche grosse erreur de débutante, l’oubli d’écouteurs. Parce que le train du vendredi matin, c’est pour beaucoup le début de la réunion prévue à Londres mais qui commence sitôt la gare du Nord dans le dos. Moi qui voulais rattraper ma courte nuit, c’était raté !

Enfin, qui dit Eurostar, dit forcément tunnel. Pour celles et ceux qui, comme moi, ont peur de passer trop de temps dans le noir, franchement on ne voit pas passer le temps sous terre, même les oreilles se bouchent à peine. On est vite sorti, et vite à Londres (départ 9h13, arrivée à 10h39, c’est vrai que c’est rapide l’Eurostar!). Pour ceux qui ont un téléphone et/ou une montre connectés, je vous préviens l’heure se met à jour automatiquement donc si le train doit arriver à 11h47 heure locale et que votre écran indique 11h30, il est grand temps de finir votre chapitre et ranger vos Balisto.

🇬🇧 Se déplacer à Londres

Une fois arrivés à St Pancras (et non plus à Waterloo, la diplomatie est soulagée), il est temps de découvrir les transports locaux, et leurs tarifs…

Le métro : plutôt rapide, le réseau est bien développé et il est très simple de s’y retrouver (merci aux JO), il suffit juste de connaître ses couleurs. Globalement, tout tourne autour de la bleue (Picadilly), la rouge (Central), et la marron (Bakeloo). En revanche, je vous déconseille le ticket unique. A £4,90 ça fait cher les deux stations !

Si vous avez l’intention de beaucoup vous déplacer en transports, privilégiez la Travelcard à £12,50 qui est vite amortie, ou alors un ticket illimité à la journée pour le bus et le tram à £5, et qui est quand même beaucoup plus sympa, surtout à l’étage des mythiques bus rouges (ou turquoises comme certains…).

 

Londres nuit taxi rouge

Si, comme nous, vous voyagez en groupe, que vous avez la chance d’avoir du soleil (si si je vous jure c’est possible), que du coup vous vous déplacez pas mal à pied ou qu’il est un peu tard, je ne peux que vous conseiller le taxi pour rentrer. Contrairement à Paris, on peut monter à 5 sans problème ni surcoût, contrairement à Paris on peut hêler le « cab » qui s’arrête automatiquement (il suffit que sa lumière soit allumée), et contrairement à Paris le chauffeur est aimable, il ne nous impose pas d’écouter RMC, et ça sent bon (bref c’est un Uber légal) ! Vous lui annoncez la destination, il vous donne honnêtement le tarif (la course démarre à peine à quelques £), et hop une dizaine de livres plus tard vous voici à destination, un tarif imbattable à plusieurs.

🇬🇧 On fait un peu de tourisme quand même

Londres passage pieton look right

Attention en traversant

Si, comme nous, vous avez traversé la Manche pour dévaliser les boutiques (surtout pendant les soldes), et vous avez bien raison, vous n’aurez sans doute pas beaucoup le temps de faire les musées. Vous n’allez quand même pas quitter les Brits sans avoir fait un coucou à la Reine, et je ne vous cache pas que parfois on est bien content de ne pas être dehors toute la journée (bah oui on n’a pas eu QUE du soleil, on est à Londres en janvier quand même).

Notre astuce ? Un pass de bus touristique en place du ticket de transport à la journée (oui oui comme les japonais à Paris, il faut assumer un peu son statut de touriste). Pour une vingtaine de livres, vous disposez de plusieurs lignes (logiquement dans les coins qui vous intéressent), et de la possibilité de monter et descendre à volonté (Hop On-Hop Off).

En revanche, je vous déconseille Golden Tours que va chercher à vous vendre le réceptionniste de l’hôtel (piège dans lequel nous sommes tombées, mais il faut avouer que c’est bien amené). Les lignes sont certes bien dessinées et on ne rate rien, mais la fréquence des bus est nettement moindre que ce qui est annoncé. J’avais pris un pass 2 jours à £30 pensant me balader un peu avant qu’il me dépose à la gare, et j’ai fini en métro… Préférez Big Bus ou the Original Sightseeing, ce sont la majorité des bus que l’on voyait passer en attendant désespérément le nôtre…

Une fois (enfin) dedans, les commentaires sont vraiment intéressants. La dame dans les écouteurs (fournis) nous raconte des anecdotes que l’on ne trouve pas forcément dans les guides et on découvre Londres au fil des siècles. Seul bémol (à ce niveau on change même carrément d’octave), elle ne finit pas toujours ses phrases (je sais qui a tué JFK, c’est… à votre droite la Tour Eiffel, qui est constituée de 2,5 millions de rivets (je les ai comptés)…). Pour les anglophones, la ligne bleue (qui passe devant Buckingham) propose également un commentaire en direct par un guide à l’humour… 100% British.

Londres nuit vue london bridge

Magnifique de jour comme de nuit

Au gré des quartiers, difficile de ne pas s’émerveiller devant l’architecture londonienne et ses façades qui vous font passer de l’ère Victorienne au 21e siècle en un rien de temps. J’ai personnellement une affection particulière pour la première, m’attendant à voir débouler Mary Poppins à tout moment. On se plait à rêver d’une vie de petite fille, le nez collé contre le bow window de sa « petite » maison de Kensington, en attendant la balade quotidienne dans Hyde Park (pour peu de ne pas avoir peur des pigeons et autres volatiles).

🇬🇧 Londres reine du shopping

Londres rue magasin Harrods

Kensington, on y reste et on descend chez l’incontournable Harrod’s, la Mecque de la modeuse de luxe. Plutôt habituée de la frénésie des Galeries ou du Printemps Haussmann ? Laissez-vous envoûter par le shopping à l’anglaise. Ici tout est calme, on peut même approcher des sacs et les toucher sans se faire fusiller du regard par la vendeuse (bon en fait on n’ose pas). Et si vous êtes pris d’une petit envie, profitez des flacons de parfum mis à votre disposition aux toilettes (de luxe, forcément).

Londres halle magasin HarrodsUne petite faim ou besoin de remplir le frigo ? La partie halles vous attend. Là, ok ça grouille un peu. Il faut dire que tout y est : Caviar, poulet rôti à la broche, Mont d’Or, pâtisseries… Bon ok, à £4 le kilo de tomates grappes on réfléchit peut-être, mais elles sont françaises quand même ! Et même si pour des raisons évidentes votre porte-monnaie refuse de s’ouvrir, laissez-vous transporter par l’endroit, ses odeurs, ses ambiances et ses décors différents à chaque pièce. Et ne repartez pas sans avoir fait un tour d’ascenseur !

Pour continuer votre shoppisme londonien, direction Regent Street et ses boutiques de renommée. Un petit arrêt chez Hamley’s, le temple des peluches et des démonstrateurs de jouets en tout genre. En revanche on est bien loin du calme de Kensington, ici c’est du bruit en continu… un bon souvenir tout de même, surtout si vous venez en famille.

Londres magasin liberty tissus

Londres magasin liberty têtes animaux

déco chic à l’anglaise

On continue un peu notre chemin (en jetant un oeil à l’adorable Carnaby Street), et on tombe devant un autre monument (au sens propre), le mythique magasin Liberty, ouvert en 1875 par mr… Liberty (ça ne s’invente pas). Vous y trouverez tout l’indispensable pour une « bonne maison », des arts de la table aux meubles en passant par la décoration (parfois peu discrète), et les tenues des petites filles modèles. Et bien sûr, les pans de tissus aux motifs reconnaissables entre mille.

Londres magasin liberty robes
Si vous cherchez à faire une liste de mariage… Bon, un mariage de princesse, parce qu’il faut compter £45 pour une assiette à dessert (ou alors prévoyez une vie d’ermite, mais classe). On aime ou pas, mais moi j’étais au paradis. Et je n’ai pas résisté à ramener quelque chose pour ma Micro (bon, deux petites barrettes à £5 chacune, je ne pouvais décemment pas m’offrir autre chose). Pour ou contre les robes à fleurs, ne passez pas à côté de ce magasin où les quatre étages sont restés dans leur jus.

Bon, pour le moment, vous n’avez pas dépensé grand chose (sauf si vous êtes une riche héritière et dans ce cas je suis flattée que vous lisiez ces lignes). Un peu de patience, et quelques pas de plus, vous voici sur Oxford Street ! Et là, tout y est : les grandes enseignes internationales (et parfois plusieurs fois tout au long de la rue) comme Zara, H&M, GAP, Nike, Disney Store ou un immense Primark (et ses produits Harry Potter), mais également les marques plus typiquement anglaises comme Topshop, John Lewis, Debenhams, House of Fraser, Marks&Spencer ou les cosmétiques Lush. 2,5km, plus de 300 magasins, un paradis pour les modeuses, un enfer pour les pieds et le budget (quoique franchement, en période de soldes, c’est vraiment abordable).

🇬🇧 Londres gastronomique

Londres, c’est bien sûr les pubs, les bières, mais très franchement je ne serais pas bien placée pour en parler car si on a bien essayé d’y manger le vendredi soir, c’était tellement plein qu’on s’est fait refouler…

Si vous êtes dans le coin de Victoria Station je pourrais en revanche vous conseiller le Rail House Café, situé au coeur de Sir Simon Milton Square. Un mix original entre cuisine traditionnelle, japonaise et vegan (le Roi Arthur pourrait y trouver son bonheur, même s’il « ne mange pas de graines ! »). Et si vous ne comprenez pas la carte, pas de souci demandez le responsable, un adorable Français (d’Heyrieux, comme quoi tous les chemins mènent à Lyon) qui vous expliquera tout.

Globalement, on mange pour pas très cher à Londres, peut-être parce que le londonien ne semble pas manger mais grignoter… et boire ! Pour exemple la brasserie que nous avons testée près de Picadilly le vendredi midi, où pendant que nous découvrions le goût d’un vrai fish&chips, les locaux en jean (casual friday oblige) se contentaient de vider leurs pintes en rigolant très fort… avant de reprendre le chemin des bureaux le ventre vide… ou plutôt liquide.

En même temps il faut les comprendre, la nourriture anglaise n’est pas franchement sexy, c’est pour cela qu’il vaut mieux manger « étranger ». Envie du soleil de l’Italie ? Filez chez Signor Sassi (sur Knightsbridge, en passant chez Harrod’s), une jolie découverte qui semble être une adresse prisée des nombreuses personnalités accrochées au mur (mais dont on ne connait pas la moitié). Gnocchi aux truffes, escalope milanaise ou ravioli au homard, il y en a pour tous les goûts (et toutes les bourses). Mais que l’on soit David Beckham ou de simples petites françaises, on prend notre manteau à l’entrée, on nous parle italien et le parmesan est râpé à l’assiette. Un voyage dans le voyage (il paraît que Victoria a presque souri en ressortant) !

🇬🇧 Sortir à Londres

Londres west end comedies musicalesSi les anglais ne savent pas cuisiner, ils savent chanter ! Ici, la comédie musicale est une institution, alors ne passez pas à Londres sans assister à un show. Direction le West End et ses multiples théâtres. L’offre est tellement grande que vous trouverez forcément votre bonheur. Si vous ne voulez pas nécessairement casser votre tirelire pour un billet au premier rang, nul besoin de se décider à l’avance, il suffit de se rendre à un kiosque pour un billet de dernière minute. Bien sûr, ne soyez pas fixé sur un spectacle en particulier pour ne pas être déçu si c’est complet, et laissez-vous porter par la magie d’une salle où les spectacles se jouent à l’année ce qui permet des décors fantastiques même dans les plus petits théâtres.

Pour les non anglophones qui auraient peur de ne rien comprendre à l’histoire, foncez voir The Lion King (vous connaissez forcément par coeur), ou plus inédit et intemporel, Thriller Live (si vous aimez Michael Jackson bien sûr, mais qui n’aime pas ?). Chant, danse, on se croirait vraiment à un concert intimiste du King of Pop (ce qui est antinomique vous en conviendrez), surtout si comme nous vous êtes aux balcons, l’illusion est alors presque parfaite. Pour £34, on aurait tort de s’en priver non ? Deux heures intenses de show, d’émotions, et de plongée dans notre enfance/adolescence, ça vaut le détour !

🇬🇧Bref, j’adore Londres

Si vous ne l’aviez pas encore compris, je suis totalement amoureuse de cette ville ! Plus je la vois, plus je l’aime (comme mon Mégamoy, attention instant mignonnerie ❤️). Et il reste encore plein d’endroits à explorer notamment avec les microbes : les Studios Warner pour mon Maxi, Harry Potter addict ; la London Eye, grande roue géante dont l’horizon doit faire rêver ; ou encore la relève de la garde, à 11h précises, un jour sur deux en saison creuse et qui est annulée quand il pleut (autant dire qu’ils ne doivent pas se relever bien souvent quand même)…

Pour ne rien enlever à la beauté de l’endroit, la ville est extraordinairement calme grâce à ses véhicules essentiellement électriques ou hybrides. Et surtout, les Londoniens sont vraiment accueillants et souriants (avec les touristes au moins, pas sur un terrain de rugby faut quand même pas déconner), loin du flegme et de la froideur que l’on leur prête. Certains n’hésitent pas à vous renseigner spontanément si vous avez l’air perdu, d’autres disent même bonjour quand on les croise dans la rue (si si promis juré, sans rien avoir à vendre). Ils sont également très compréhensifs vis-à-vis de l’anglais parfois souvent approximatif avec lequel on tente de communiquer. De quoi avoir vraiment honte de la façon dont on traite les visiteurs en France…

Rendez-vous sur Hellocoton !

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.