Faire le deuil de l’accouchement rêvé

IMG_1631Depuis une dizaine de jours, Micromoy a intégré notre Wonder family ! Et fin du suspense, c’est une Micromoyette ! A nous la layette rose, les kikis dans les cheveux et les princesses Disney, tout ce que j’aime ! 😉 Blague à part je suis aux anges et mes hommes également, cette petite fille est une véritable bénédiction.

Alors, personne n’y échappe, lorsqu’une jeune mère croise quelqu’un s’apercevant que le ballon de baudruche s’est fait la malle, LA question arrive : « ça s’est bien passé? » Bien entendu, et c’est tout à fait honorable, l’inquisiteur s’attend à une réponse du style : »oui bien sûr je n’ai rien senti, je suis arrivée à la maternité à dilatation quasi complète, j’ai poussé deux fois et voilà! Même pas fatiguée… » A aucun moment ils ne s’attendent à une récit détaillé de la boucherie que vous et chéri avez réellement vécu. Réponse toute faite utilisée par tout le monde : « oui oui très bien ! »

Un vrai accouchement ne se raconte pas

Afin de préserver mon lectorat (et mon intégrité), j’ai pris l’immense décision de vous épargner également. D’ailleurs, j’ai immédiatement adhéré au club fondé par Florence Foresti, qui interdit toute histoire d’accouchement pour préserver le taux de fécondité mondial.

Pourtant, j’aurais aimé vous compter mon accouchement idéal, naturel, comme dans les livres à la mode du style « je donne naissance à mon bébé dans la joie », « comment accueillir l’enfant en chantant » ou encore « mille positions du monde pour une expulsion zen ». Sophrologie, haptonomie, yoga et chant prénatal, toutes ces techniques sont vantées et expérimentées pour préparer au mieux le jour J. Il n’existe pas un seul magazine maternel sans article sur le sujet. Projet de naissance, entretien prénatal, préparation à la naissance sans douleur, salle nature…, les personnels médicaux se mettent également en quatre pour permettre aux futures mères d’être totalement actrices de ce moment.

Comme beaucoup, je me suis laissée tenter par ce rêve. Certes, après un accouchement subi sans péridurale, il était hors de question de m’y reprendre. En revanche, je souhaitais à tout prix retarder au maximum l’intervention de l’anesthésiste. En point de mire : la super salle « éden » de l’hôpital, avec lumière tamisée, baignoire avec eau bien chaude, ballon avec une place pour le papa, musique d’ambiance… Je m’y voyais déjà et attendais avec impatience de pouvoir y pénétrer autrement que pour la visite prénatale. Je m’imaginais également sur le côté afin d’adopter une position physiologique pour accompagner au mieux la descente de mon bébé (et accessoirement préserver au maximum mon périnée). Bref, j’avais en tête mon accouchement idéal et rêvais d’en découdre.

Un accouchement n’est pas un produit

Seulement voilà, la naissance d’un enfant n’est pas anodine. Il ne s’agit pas de choisir la couleur de son sac à main, ou de préparer l’itinéraire d’un voyage de noces. Il s’agit d’un acte médical pour lequel la mère et le bébé sont des patients, non des consommateurs. Si le désir maternel est de plus en plus pris en compte, la nécessité vitale peut prendre le dessus. Moi qui ambitionnais une naissance plutôt naturelle, je me suis retrouvée au cœur d’un accouchement 100% médicalisé. Déclenchement par perfusion, péridurale quasi immédiate, position gynécologique obligatoire et j’en passe (directives du club oblige), à aucun moment je n’ai pu agir sur le déroulement de la journée. Mais la santé de mon Micromoy étant en jeu, j’ai pu tirer un trait définitif sur mon bain chaud sans regret, alors que ma seule angoisse prénatale se résumait au fait que la salle éden soit déjà occupée.

A toute future mère, sachez que vous pourrez tout prévoir, tout penser à l’avance, tout anticiper, il faut également être consciente que rien ne peut se dérouler comme prévu. Une césarienne peut être décidée en urgence, l’expulsion peut nécessiter l’utilisation d’outils, il n’en reste pas moins qu’il s’agira tout de même d’un accouchement, que VOUS aurez donné naissance à votre enfant et non un gynécologue. Surtout ne pas culpabiliser car vous n’y serez absolument pour rien si la nature en aura décidé autrement. Et même si le souvenir ne sera pas celui que vous souhaitiez, cette journée restera parmi les plus belles de votre vie, car elle aura vu l’arrivée au monde de votre merveille.

2 comments

  1. Odrey dit :

    Tout est dit le bout du tunnel c’est que bébé soit la et en bonne santé, après peut importe comment il arrive. Pour moi 1 er accouchement au top pour le deuxième je m’attendais au même bonheur et même si c’était loin d’être parfait car madame la sage femme a eu le hoquet jusqu’à l’expulsion la péridurale tellement super dosée que j’avais l’impression d’avoir que le visage qui fonctionnait le bonheur fut au rendez vous ma deuxième poupée allait venir agrandir nos vies et embêter sa grande sœur ! Deux voyages différents mais de super souvenirs ❤️

  2. papazaurus dit :

    C est aussi une raison pour laquelle je suis allergique à la presse maternelle. Propagandistes sans foi ni loi

Laisser un commentaire